264299_Mischa_Barton_PostersEn photo: Mischa Barton qui illustre bien mes propos: sexy et soft!

Voilà maintenant deux semaines que j’habite dans mon nouvel appart et c’est la première fois que je me pose devant mon beau G5. La bouteille d’Evian à droite, le paquet de Maltesers à ma gauche, je regoûte aux joies d’écrire mon billet tranquillement après ma journée de boulot.

Ce qui m’amène à parler de ce sujet est une conversation téléphonique que j’ai eue avec une personne qui me tient particulièrement à cœur. Il me disait devoir faire des efforts physiques ce week-end et que je ferais bien d’en faire autant ! Comment ose t-il le bougre ? Et aussitôt il rajoute « mais je rigole, au contraire, tu ferais bien de prendre quelques kilos (…) ça ne se pose pas comme question mais au fait combien pèses-tu ?» Si ça se pose, 49,9 kg toute mouillée pour mon mètre 65. « C’est précis ça » rétorque t-il. « Ca fait cinq ans que je bouge pas d’un gramme pourtant mon ventre se transforme en pudding ».

« Mais reste comme ça, c’est parfait ». OK, c’est lui qui l’a dit J

Je suis loin d’avoir le culte du corps mais je suis quand même contente d’avoir la chance de pouvoir me faire plaisir, gastronomiquement parlant (et un Maltesers dans la bouche, un !). J’ai pris ma revanche contre Mère Nature à l’aube de mes vingt ans. À cette époque, j’étais fine (limite squelettique) avec un petit 80 B et encore. J’étais la risée de mon frère qui s’en donnait à cœur joie de me dire que j’avais des cratères à la place des seins. « Et moi j’t’emmerde ! » était la seule chose que je pouvais lui répondre. J’étais complexée lorsqu’un jour, tadam tadam, je me réveille avec une belle poitrine dans ma nuisette (bon ça ne s’est pas exactement passé comme ça mais je vous fais la version courte).

J’ai commencé à renouveler ma garde-robe et à mettre des tops qui mettaient ma poitrine en valeur. Pas le style « je suis une pouf et je montre tout ce qui est montrable ». Le col en V qui tombe pile poil comme il faut, le petit bustier classe & sexy, le chemisier à lacets, le dos nu etc…

Et j’ai vite remarqué le regard des hommes sur ces 50 cm carrés. Je suis pourtant loin du décolleté pigeonnant de Pamela ou Tori. Ma juge était ma mère qui savait me remettre à ma place quand je dépassais les limites. Tant qu’elle me disait « t’es belle ma fille », je ne voyais pas d’excentricité dans mes décolletés.

Depuis que je bosse dans ma boîte actuelle, l’un de mes collègues a un rituel quotidien quand il me fait la bise : entre le moment où il passe de la joue droite à la joue gauche, ses yeux s’abaissent de quelques centimètres. Au début, je ne faisais guère attention mais maintenant je mets systématiquement les mains ou un magazine ou quelque chose devant ma poitrine. Je suis le plus souvent bien habillée pour aller bosser, ça va du tailleur/chemisier/talons, au jean’s/bustier/talons, au jean’s/top/converse. Et j’y peux rien si mon jean’s englobe mon fessier ou si mes tops collent à la peau mais j’aime bien.

Est-ce que je joue la carte de la pétasse attitude ? certainement pas. Celle de la provoc’ ? non plus (tout du moins pas quand je bosse) ? Alors quoi ? Pourquoi certains font une fixette ? Passer du simple top A&F au passe montagne : pas question.

La poitrine est certes un élément indéniable dans pour exprimer toute notre féminité. Le tout est de laisser suggérer sans exposer la marchandise. C'est comme aller chez le marchand de fruits, se laisser transporter par les odeurs sans pouvoir croquer dans le fruit en question qui dégage une exquise odeur.

Savoir la mettre en avant sans en faire toute une exposition devient délicat. Je me contre-fous de l’avis des plus pervers mais les regards insistants et les remarques du style « mmmmm, sympa ton top, c’est d’la soie, j’peux toucher ? » sont pesants.

Messieurs, regardez discrètement si vous ne voulez pas être surpris la main dans le sac, économisez votre salive si des remarques cochonnes vous brûlent les lèvres… il fait beau demain, non ? bustier noir ou débardeur marron ?

EDIT de ce jour : tenue d’été oui ! et j’ai lu dans 20 Minutes que certaines actrices se faisaient diminuer leur taille de bonnet pour relancer leur carrière (Tara Reid pour ne pas la nommer). Mais quelle folle idée !