mainsComme vous le savez, je cherche déséspérement un appartement (Sud de Paris ou banlieue sud comme Boulogne ou Issy) et le fait de ne pas trouver me fouttait le moral à -15 000 (au moins tout ça!!). J'écoute en même temps les Quatre Saisons de Vivaldi (quoi? c'est bien la musique classique. Et moi j'aime bien) et c'est "L'Eté" qui passe et je suis aussi heureuse que les archets qui frôlent délicatement les cordes des violons. Je suis sûre qu'un archet doit adorer rentrer en symbiose avec son instrument à cordes.
J'avais donc rendez-vous hier avec un agent immobilier du groupe Foncia devant l'immeuble. J'arrive avec les cinq minutes d'avance règlementaires et patiente gentiment en observant la vie du quartier (que je connais bien puisque j'y ai vécu 24 ans), les passants, l'immeuble dans lequel je pourrais habiter. Comme dit je-ne-sais-plus-quelle-chanteuse-qui-ne-sait-chanter: "Et j'attends, et j'attends...", car oui, le temps passait sans que Monsieur B. ne se manifeste, ni de visu ni au téléphone.
Ma patience ayant quand même certaines limites - la demi heure environ - je me décide à appeler les renseignements. Forcément, je fais machinalement le 222 sur mon portable et je réalise que c'est le 118-machin-bidule qu'il faut faire. Je demande les coordonnées de l'agence Foncia dans le XVè et la greluche au bout de la ligne me rétoruqe "mais ya pas Foncia qui fait agence immobilière, ya Foncia plomberie, ya Foncia patati patata". Elle finit par trouver au bout de 3 minutes (à 50€ la seconde, ça va encore me coûter cher en hors forfait tout ça!) et me connecte à l'agence. Et là, coup de théâtre, le Monsieur B. était à l'agence sans me prévenir que la visite n'aurait pas lieu. Quoiiiiiiiiiiiiiiiiii? Qu'ouïs-je? Je lui réponds un "C'est une plaisanterie j'espère?" et lui de sa voix la plus hautaine "non non". Je lui dis que le RDV était pris, que je me suis déplacée et qu'il se dém**** pour qu'on le visite. Je finis par arriver (furax) à l'agence et il arive à me faire retrouver mon calme en me disant que la locataire avait oublié de lui remettre les clés mais qu'il les aurait dans la demi-heure.

On se donne rendez-vous à 19'00 (au lieu des 17'30 initialement prévus) et là j'avais l'impression d'attendre le Prince Charmant - qui je rappelle n'existe pas. A peine rentrée dans l'immeuble, j'étais emballée. La visite s'est faite assez rapidement et je suis tombée sous le charme de cet appart avec tout ce que je recherchais: espace, cachet de l'ancien - moulures, cheminées... - , magnifique parquet, propreté, chauffage au gaz... Ca ne faisait ni une ni deux ma tête: cet appartement, il est pour MOI, je ne pouvais pas laisser passer une occasion comme celle-là. On est retourné à l'agence pour monter le dossier car j'avais tous les documents sur moi.

Ma fée Foncia aurait pu me pourrir ma journée, car j'ai oublié de préciser que le Monsieur B. de l'agence me proposait des visites deux jours plus tard tout en me faisant comprendre que si ceux qui le visiteraient le lendemain (donc aujourd'hui) le réservaient, j'étais carotte, et je pouvais dire bye bye à l'appart que je convoitais tant. Parce que j'étais même prête à le réserver sans l'avoir visité. Quand je vous dis que je rame depuis cinq mois pour trouver un appart, j'étais prête à tout (ou presque).

Mais ma bonne Fée a eu pitié de moi ou au contraire m'a encouragée à m'énerver contre l'agent immobilier.

Réponse définitive début de semaine prochaine maxi. Mais normalement, tout il est bon :-)